Le tir à l’arc , un art martial


Category Tir

LE TIR À L’ARC, UN ART MARTIAL.

 

Comment considérer le tir à l’arc instinctif souple tel que je le pratique ?

 

Est-ce un sport, une passion, un loisir… ? Un peu de tout cela certainement, mais pour moi, le tir à l’arc instinctif souple avec respiration diaphragmatique, comme Jean Marie COCHE me l’a enseigné, est bel et bien un art martial.

 

Art martial, car, et c’est la première idée qui me vient en tête, l’arc est historiquement une arme de chasse et de guerre. Elle est devenue une arme de loisir dans les dernières décennies de son histoire, au point que certains pratiquants oublient parfois qu’un arc, même de faible puissance se plante facilement dans du bois vert, laissant imaginer ce que cela pourrait faire dans un support plus tendre.

 

Un art martial, car on y retrouve tous les ingrédients qui font la valeur des arts martiaux : technicité du geste toujours perfectible, ce qui demande un travail sur soi permanent, mental de plus en plus fort qui permet d’assurer son ascendance sur la cible, travail de la respiration coordonnée avec la gestuelle, volonté, ténacité, patience, obstination et bien d’autres valeurs qui nous aident tous les jours à avancer dans notre vie.

 

Un art martial car ce geste de guerre, maintenant pacifié est également beau, élégant et chargé d’une symbolique qui, sans pâlir, a traversé les cultures et les âges.

 

C’est également une passion, l’un ne va pas sans l’autre, que je pratique toujours avec une grande joie chaque fois que je prends mon arc et mes flèches.

 

Je ne peux donc qu’encourager les futurs archers à le pratiquer, avec un arc, qu’il soit recurve ou droit ou mongol, bref un arc qui fait avancer l’archer en s’appuyant sur les valeurs précitées et non sur une technologie toujours à la pointe et forcément, dépassée dès l’objet acheté.

 

Quel bonheur de voir sa flèche se planter à l’endroit où l’on a visé, résultat d’un entraînement régulier et volontaire de plusieurs années parfois. Quelle joie de faire un parcours où chaque cible a été domptée sans angoisses et sans doutes, signe d’un mental déjà fort ou en pleine évolution. Quel bonheur de reprendre cette discipline après un long temps d’arrêt de convalescence et de constater que le geste est encore bien au rendez-vous avec tout le plaisir d’avant.

 

Pour moi, toutes ces sensations sont au rendez-vous à chaque séance de tir, et c’est un grand bonheur.

 

A vous de jouer maintenant…

Étiquettes : , ,

Comments are currently closed.