Accueil


Mon site est un peu comme une maison verte accrochée à la colline de mes passions. Nos passions; ces si beaux refuges où peut enfin s’exprimer et s’affirmer notre identité profonde.

JE VOUS Y SOUHAITE LA BIENVENUE.

IMG_7136

Le tir à l’arc fait partie de mon identité et ceci depuis 1987 où, après avoir reçu mon « baptême » des mains d’un de mes cousins normand, j’ai suivi une initiation dans un camping, quelque part dans le Sud. Amateur de tir, cela faisait en effet quelques temps que l’idée de toucher à l’arc me trottait dans la tête.

En tant que professeur d’éducation physique (Master Université de Louvain), l’élégance et l’esthétique d’un geste m’ont toujours plus attiré que la performance compétitive bien conscient toutefois qu’à un haut niveau, esthétique et résultats ne peuvent que se confondre.

Cette osmose entre beauté du geste et efficacité a très vite été ma quête dans cette nouvelle discipline que je venais de découvrir.

De retour de vacances en 1987, je décidai donc de me mettre au tir à l’arc, mais dehors , dans la nature et avec un arc épuré ; à la recherche d’authenticité. J’avais choisi le long chemin du tir à l’arc instinctif.

Quelle ne fut pas ma surprise d’apprendre qu’à 9 km de chez moi, se trouvait un parcours de chasse, comme cela se disait à l’époque, où je me suis inscrit et où, sur les conseil du vendeur,  j’ai acheté mon premier arc: un coréen de …50# : grossière erreur que je paierai assez vite.

Sans aucun conseil solide d’une quelconque gestuelle, étant de bonne constitution mais avec une faiblesse tendineuse, je me suis très vite retrouvé avec des problèmes aux épaules qui ont stoppé net mon élan de passionné : plusieurs mois d’arrêt.

Cette expérience m’a appris plusieurs choses :

1/  Quand on est novice, on est novice et surtout seul et démuni

2/  Les choix d’un autre n’appartiennent qu’à lui et ne sont pas forcément les meilleurs pour soi

3/  En terme de tir à l’arc instinctif, le domaine pédagogique ressemble fort à tous les déserts du monde.

4/ Dans cet immense vide pédagogique peut-être y aurait-il quand même une Oasis de bons conseils qui me permettrait de tirer à nouveau à l’arc.

Cette « Oasis », je l’ai trouvée dans la lecture d’une revue de tir à l’arc de l’époque dans laquelle il y avait un article sur JEAN MARIE COCHE à Barbières dans la Drôme : que des noms à faire rêver… Je revois encore cette photo où l’on voit JM Coche vernir un arc d’une finesse et d’une élégance sans nom, j’étais séduit et je pris contact avec lui. Il venait de sortir son livre : « LA DISCIPLINE DU TIR A L’ARC INSTINCTIF SOUPLE » que je lui commandai immédiatement.

Bertrand Dumont

Je lus donc ce livre, cette référence. Tout y était : gestuelle, positions, axes, respiration, mental, matériel…, un vrai bonheur. Aussi bien en tant que novice du tir à l’arc qu’en tant qu’enseignant , ce livre m’a vraiment comblé. Je lui en fis part dans une lettre qui fut le début d’une belle aventure pour moi et très vite pour mon épouse qui me suivit assez rapidement dans cette voie.

Mon épouse et moi connaissons Jean Marie COCHE depuis août 1991. De 1992 à 2002, nous allions en vacances à Barbières durant 4 à 6 semaines. Nous y avons pris plusieurs stages qui nous ont vraiment fait découvrir « LA VOIE MÉDIANE ». Nous avons fait des billebaudes endiablées avec Jean Marie, dans ces merveilleux domaines qui entourent le village de Barbières et qui jouxtent le parc du Vercors.

Depuis, grâce à la voie médiane, nos meilleurs moments sont toujours liés au tir à l’arc.

Où que tu sois Jean Marie, MERCI !

Bertrand Dumont